Méthodologie

 

Mener une étude sur l’histoire d’une ville est une entreprise complexe. À Dijon, nous pourrions redécouvrir l’époque médiévale des Grands Ducs d’Occident, ou bien l’époque de la Renaissance avec l’école de Sambin, celle du siècle des Lumières avec ses hôtels parlementaires, ou bien encore l’âge d’or des églises et grandes abbayes… autant de périodes et de thèmes présentant un intérêt certain pour ce qui nous anime, et qui auraient pu devenir nos sujets d’études. Mais il fallut faire un choix. Germain Gallet décida de se concentrer autour d’un événement marquant : le cataclysme révolutionnaire qui sonna le glas de nombreux monuments dijonnais. Grâce aux érudits, chroniqueurs, architectes, dessinateurs et historiens, qui nous ont légués des témoignages nombreux et précieux, nous avons hérité de la mémoire de notre histoire. En redécouvrant tous ces travaux, son objectif fut d’offrir à son tour une vision inédite de la ville de Dijon au tournant des XVIIIe et XIXe siècles ; son travail participant autant d’une étude scientifique qu’artistique, comme un hommage rendu à la Capitale des Ducs de Bourgogne.

 

Les sources disponibles peuvent être de deux natures :

 

- Sources primaires : ensemble des travaux (écrits ou images) exécutés par les chroniqueurs, architectes, artistes, etc. directement à partir du sujet étudié, à l’exemple de Pierre-Joseph Antoine qui réalisa un nombre d’illustrations et d’écrits très important avant et pendant la destruction des édifices. 

- Sources secondaires : ensemble des études menées à partir des sources primaires, afin de les confronter les unes aux autres, et d’en offrir une nouvelle interprétation.

 

À travers les Modéligraphies®, Germain Gallet a souhaité exprimer son amour pour Dijon, son histoire et pour les Arts en général. Cet hommage s’adressant également à l’entreprise collective de ces savants de toutes époques afin de ne pas oublier ce qu’ils nous ont transmis et apporté. Voici la méthode en quatre temps utilisée dans l’élaboration des Modéligraphies® :

 

Étape 1 : La recherche historique

Cette première étape constitue un véritable travail d’investigation. Il s’agit de rechercher les informations qui nous seront utiles pour l’étude d’un sujet précis, dans les archives municipales, départementales et nationales, dans les musées, les bibliothèques, dans les publications diverses, sur internet, etc. À la suite de quoi s’opère un premier tri entre les sources bibliographiques et iconographiques, afin de les classer suivant leurs natures, auteurs, dates de créations, sujets, etc. Dans le cadre de ce travail, les premières recherches ont été menées à partir de 2010, et ont été poursuivies sur plusieurs années.

 

Étape 2 : L’interprétation

Interpréter les documents consiste à estimer le niveau de fiabilité de leurs contenus. En effet, lorsque les sources sont nombreuses, elles peuvent devenir contradictoires et complexes, sans parler des cas où nous avons un manque total d’information. Mais si nous jugeons les informations pertinentes, l’interprétation consiste également à produire une série de croquis, dessins techniques et artistiques, afin de jeter une première base d’étude, de matérialiser et de fixer la connaissance à un instant t. Par ailleurs, l’ensemble de ces dessins sera très important pour l’étape suivante.

 

Étape 3 : La modélisation

Cette troisième étape permet de construire une maquette virtuelle du sujet étudié, sur la base des interprétations obtenues au cours de l’étape précédente. Il s’agit de redessiner sur ordinateur les plans et les volumes de tous les éléments d’un monument, puis de leur donner des légendes de couleurs correspondant à des matériaux précis, et enfin de les assembler pour les mettre en scène dans un décor (urbain ou naturel), lui-même préalablement modélisé par l’artiste. En d’autres termes, il s’agit de construire un décor virtuel, avec un niveau de précision le plus important possible.

 

Étape 4 : Le rendu final

Cette dernière étape consiste à mettre au point les textures de la modélisation précédente (pierre, brique, bois, rugosité, brillance, échelle, etc.), et à calibrer tous les paramètres de rendus (lumières, ombres, caméra, filtres, etc.). Les images extraites seront retravaillées pour corriger les erreurs liées aux calculs répétés des logiciels, et compléter les rendus finaux avec d’autres éléments tels que la végétation, les personnages ou les animaux dessinés ou peints.

 

L’ensemble de ces étapes permet au créateur d’enrichir sa propre réflexion et d’offrir un point de vue nouveau sur l’histoire. C’est pourquoi il est nécessaire d'insister sur l’importance de la complémentarité du travail de recherche et de la création artistique.

Méthodologie Modéligraphie

(Extrait du livre «Les Modéligraphies® de Germain Gallet»)